/
CORPS EXQUIS : CREATION 2019

6 décembre 2018
Appel de Phare - ouverture publique autour de la création
Le Phare, CCN du Havre Normandie

21 mars 2019
PREMIÈRE - Théâtre Jacques Carat, Cachan
Biennale de Danse du Val-de-Marne - La Briqueterie / CDCN du Val-de-Marne

23 mars 2019
Les Bords de Scènes, Salle Lino Ventura, Athis-Mons
Rencontres Essonne Danse

Pièce pour 3 danseurs et 58 chorégraphes créée sur le principe du cadavre exquis.

Déplaçant la figure de l’auteur en interrogeant l’acte de transmission, Corps Exquis remet à jour le Cadavre exquis chorégraphique que Joanne Leighton avait lancé à 57 de ses pairs (Exquisite Corpse, 2012). Aujourd’hui, dans une nouvelle création d’un solo à trois corps, la chorégraphe et les collaborateurs artistiques pour la musique, lumières, scénographie et costumes - retracent les sillons d’une matière pétrie de cassures, d’influences et de continuités pour interroger la réalité et la permanence de l’œuvre.

En 2012 Joanne Leighton chorégraphie une marche lente d’une minute, puis invite un chorégraphe à continuer cette première séquence de geste, et ainsi de suite, associant 57 chorégraphes, chacun composant un module d’une minute à partir des dix dernières secondes du précédent. C’est en invitant chaque chorégraphe à transmettre comme il le souhaite ses matières chorégraphiques, qu’un cadavre exquis est ainsi construit. C’est aujourd’hui, à partir de cette grande partition de 58 interventions, que les collaborateurs artistiques s’associent pour créer Corps Exquis, et donner corps et spectacle à une pièce scénique forte en plasticité.

À la manière d’un Cadavre Exquis, un solo de 58 minutes s’est ainsi dessiné, témoin d’une diversité de styles, de genres, d’âges, de géographies et de caractères. Cette phrase, comme un détonateur, renverse la figure individuelle de l’auteur dans un défi collectif qui a ouvert la voie à une multiplicité de transmissions. Il est bien là question de construction, de signature et de transition. Comment se crée une danse, comment accueillir le mouvement de l’autre, et comment transmettre son geste ? Rivalisant d'inventivité, à ces interrogations premières les chorégraphes impliqués dans le Cadavre Exquis ont chacun apporté une réponse, leur réponse. Usant d’un corps à corps, accompagnant leur danse de supports vidéo, de croquis, photos, textes, enregistrements audios, ou de partition, pour transmettre leur minute ils ont chacun tracé leur propre voie tout en délivrant son mode d’emploi. Baigné dans une douce lumière de lever de soleil, dérangé par un animal de compagnie, restreint par un espace, beaucoup de ces documents font directement référence à un environnement qui façonne une danse radicalement in situ.

En questionnant les processus, le “comment” plutôt que le “qui”, par l’écriture d’une nouvelle création, dans Corps Exquis Joanne Leighton éprouve un besoin brûlant de traverser cette matière brute, de digérer son flot de documents, de rassembler la multitude des chorégraphes et ainsi réactiver notre regard sur la transmission. Trois danseurs s’emparent de la force du solo pour s’approcher au plus près du Cadavre Exquis d’origine et fouiller son foisonnant paysage. Marion Carriau, Yannick Hugron et Lauren Bolze n’ont pas peur de l’inconnu, ils se plaisent à déchiffrer les intentions, à plonger d’un univers à un autre, à malaxer et questionner le passage des gestes d’un corps à l’autre, de minute en minute. Fidèle à son intention surréaliste, Corps Exquis tout entier se fait alors matière vivante, pâte chorégraphique, visuelle et plastique.

Les collaborateurs artistiques, fidèles collaborateurs de la chorégraphe, s’associent à cette nouvelle création en s’engageant avant tout dans la recherche d’une plasticité scénique, autant dans les costumes que dans la scénographie, la musique ou bien la chorégraphie.

Cadavre exquis du Cadavre Exquis, les costumes originels signés par Corine Petitpierre sont remis à jour, les pièces et matières s’interrompent se superposent ou se détachent, repris dans un nouveau geste par Alexandra Bertaut. Mais le patchwork est aussi sonore, et Peter Crosbie, fidèle collaborateur de la chorégraphe, à la manière d’une ritournelle qui hante une partition, re-travaille ses propres notes et rythmes. Sur le plateau, Nicolas Floch extend et étend son travail de plasticien pour dessiner et matérialiser ce défi surréaliste fait d’interruptions, d’incohérences, d’absurdités et d’ironie.

Telle une famille chorégraphique réunie sans critères de genres, de style ni d’horizons, Corps Exquis s'interprète à trois corps virtuoses par leur capacité à embrasser toutes ces danses. En étendant le spectre de l’acte de création, en tordant les notions d’auteur, d’original et de copie, Joanne Leighton traverse ici avec humour et générosité un discours interrogateur sur la fabrication de la danse et son renouvellement.

Avec Phillip Adams, Stéphanie Aubin, Simone Aughterlony, Marianne Baillot, Kimberly Bartosik, Martin Bélanger, Dominique Brun, François Chaignaud, Youngsoon Cho Jaquet, Rosalind Crisp, Ugo Dehaes, Mélanie Demers, Danièle Desnoyers, Herman Diephuis, Stefan Dreher, Radhouane El Meddeb, Myriam Gourfink, Caroline Grosjean, Lucy Guerin, Mia Habib, Christophe Haleb, Trajal Harrell, Ame Henderson, David Hernandez, Lionel Hoche, Marie-Caroline Hominal, Sandra Iché, Petter Jacobsson, Heather Kravas, Latifa Laâbissi, Aude Lachaise, Fabrice Lambert, François Laroche-Valière, Daniel Larrieu, Joanne Leighton, Maud Le Pladec, Daniel Linehan, Faustin Linyekula, Mark Lorimer, Angels Margarit, Marlene Monteiro Freitas, Mickaël Phelippeau, Arco Renz, Alban Richard, Hervé Robbe, Carlotta Sagna, Caterina Sagna, Philippe Saire, Kosei Sakamoto, Zoé Scofield, Ambra Senatore, Misook Seo, Morgan Thorson, Stéphanie Thiersch, Mark Tompkins, Emmanuelle Vo- Dinh, Uiko Watanabe, Michael Whaites.

Chorégraphie, conception : Joanne Leighton | Artistes chorégraphiques : Lauren Bolze, Marion Carriau, Yannick Hugron | Assistante : Marie Fonte | Regard extérieur : Jérôme Andrieu | Musique : Peter Crosbie | Costumes : Alexandra Bertaut | Masques : Corine Petitpierre | Lumières Mana Gautier | Scénographie Nicolas Floc'h | Durée 58 min | © Laurent Philippe

Production WLDN | Coproduction La Briqueterie / CDCN du Val-de-Marne ; Espace 1789, scène conventionnée danse ; Le Phare, Centre chorégraphique national du Havre Normandie,
direction Emmanuelle Vo-Dinh ; CCNN - Centre Chorégraphique National de Nantes dans le cadre de l'Accueil Studio ; Théâtre Jacques Carat de Cachan ; Collectif Essonne Danse (en cours). Accueilli en résidence aux Hivernales / CDCN d’Avignon et au Théâtre de la Passerelle de Palaiseau. Avec le soutien du département du Val-de-Marne et du département de la Seine-Saint-Denis. 
Création à partir d’Exquisite Corpse (2012) ; Coproduction du Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort - Le Rive Gauche, scène conventionnée pour la danse - Saint-Etienne de Rouvray - Le Granit, scène nationale de Belfort - La Filature, scène nationale de Mulhouse |