/
SONGLINES

CDCN - ATELIER DE PARIS
CHORÉGRAPHIE JOANNE LEIGHTON

Journal La Terrasse
Publié le 22 janvier 2018 - N° 262

En résidence au sein de Paris Réseau Danse jusqu’en 2019, Joanne Leighton offre avec sa nouvelle pièce une lecture d’un aspect de la culture de son pays d’origine, par le prisme de ses obsessions actuelles de chorégraphe.

Etablie en France après un long et beau parcours en Belgique, on n’en oublierait presque que Joanne Leighton est avant tout australienne. Avec cette création, elle prend appui sur la culture aborigène, qui offre de belles résonances avec la recherche qu’elle mène à la fois autour de la marche, mais également autour de l’in situ, ou du contexte pour la danse. Déjà, avec 9000 pas, ou Walk, elle faisait du geste de la marche un fondement pour la création ou pour la poétisation de l’espace. Ici, elle s’inspire de ce que les aborigènes font de ce geste – à savoir un support, avec le chant et la danse, afin d’écrire leur histoire –, pour en faire elle-même un véritable acte d’écriture. La scène devient un paysage, la marche un lien au monde en constante évolution, et les sept danseurs les nouveaux arpenteurs d’une histoire à écrire.

//
In residence in Paris Réseau Danse until 2019, Joanne Leighton offers with her new work an aspect of the culture of her native country, through the prism of her current choreographic obsessions.

Established in France after a long and impressive career in Belgium, Joanne Leighton is first and foremost Australian. With this creation, she references Aboriginal culture, which resonates beautifully with her research both around walking, but also around dance in situ, a context for this piece. Already, with 9000 Steps, or Walk, she made the gesture of walking a foundation for her work, making in a kind of poetry of space. Here, referencing the aboriginal Songlines - where walking becomes a medium, with song and dance, to write their own history - to make it a true act of writing. The stage becomes a landscape, the walk a link to the ever-changing world, and the seven dancers become the new surveyors of a story to write.

N. Yokel